Skip to content

Expulsion de Roms: comment l’argent est jeté par les fenêtres

25 août 2010

On sait officiellement que les Roms bénéficient d’une aide de 300€ lorsqu’ils « acceptent » de retourner en Roumanie. Mais ce que l’on sait moins, c’est combien ces populations nous coûtent lorsqu’elles sont dans l’Hexagone et quant il est l’heure de les reconduire en Roumanie.
Par ailleurs il faut noter, et c’est très important, que ceux qui s’agitent actuellement, comme si les Roms étaient LE problème principal, sont ceux qui ont voté pour la Convention de Schengen, le Traité d’Amsterdam et le Traité de Lisbonne, ce dernier occasionnant pour le coup un véritable déni de démocratie.    

Tout d’abord il faut savoir que chaque adulte Rom bénéficie de 300€ lorsqu’il est renvoyé en Roumanie, 100€ pour les enfants. De l’argent inutilement distribué puisque les Roms ne s’en servent pas pour se développer en Roumanie et vivent donc à notre crochet

En effet, les accords avec la Roumanie (qui ne fait pas partie de l’espace Schengen contrairement à ce qu’on a pu lire et entendre ces derniers temps) permettent aux Roms de venir librement en France et d’y rester à la condition qu’ils trouvent un emploi dans les 3 mois après leur entrée. Ce que la quasi-totalité ne trouve pas (ou ne cherche pas).
Il leur suffit alors de rester plus de 3 mois puis d’accepter de repartir pour toucher 300€ de la part des autorités stupides qui nous gouvernent.

Prises individuellement, les sommes en jeu paraissent modestes: un billet retour, 300 euros par adulte et 100 euros par enfant. Mais à raison de 15.000 aides au retour délivrées l’an dernier, et autant en 2009, ce sont près de 18 millions d’euros qui ont déjà été distribués en deux ans. Avec un fort soupçon de détournement de ces aides par des personnes qui, revenues en France à plusieurs reprises, se les sont vu attribuer autant de fois qu’elles ont franchi la frontière.

Un policier raconte: «Récemment, nous avons arrêté un Rom qui avait été ramené en Roumanie en avion, après avoir empoché les 300 euros. Là-bas, un Bucarest-Paris en car coûte 60 euros. Il n’a pas fallu une semaine pour que l’intéressé soit de retour en France. Accompagné de quatre cousins à qui il avait offert le trajet grâce à son pécule!»

Un policier fait d’ailleurs part de son doute concernant les expulsions de Roms:

Le responsable policier pose également la question de l’aide au retour donnée aux étrangers souhaitant volontairement retourner dans leur pays d’origine, ce qui est la cas de la plupart des Roms. Pour le fonctionnaire, les 300 euros offerts par la France peuvent constituer un « appel d’air supplémentaire » à l’immigration. « Le prix du billet Bucarest-Paris s’élève à 60 euros, les 300 euros représentent donc le prix du voyage pour notre pays de cinq personnes », estime-t-il.

Il faut savoir également que le prix d’une expulsion est de 20 000€ ! Vingt-mille-eu-ros pour expulser des personnes qui peuvent résider en France légalement grâce à ceux qui veulent justement les expulser  ! On nage (on vole pour le coup) en plein délire !

En plus de cela, certaines familles sont hébergées en France aux frais des contribuables, un hébergement certaines fois obligatoire par décision de justice alors même que des milliers de Français vivent dans la rue sans un sou en poche.

Mariana Şerban, venant d’Alba Iulia (au centre-ouest de la Roumanie), dit qu’elle a vécu à Grenoble un an et deux mois, avec ses quatre enfants (le plus grand, Alexandre, a 12 ans, et la plus petite, Roxana, a peine quatre mois) ; et que la municipalité lui versait 500 euros par mois pour chaque enfant, et qu’elle vivait dans une chambre d’hôtel mise à disposition par la ville.

2000 euros par mois pour vivre grâce au Conseil Général, ils vivaient à l’hôtel. En 4 ans, 50 000 euros mis de côté, 1 semaine après ils sont de retour.

Un vrai gaspillage ! Une secrétaire d’Etat roumaine remercie même la France pour ces « vacances »:

Ilie Dinca, secrétaire d’Etat dans le gouvernement : “Merci aux autorités françaises qui ont donné aux citoyens roumains d’ethnie rom la possibilité de passer des vacances en Roumanie.”

Mais s’ils ne partent pas en « vacances » en Roumanie et y restent, ils peuvent bénéficier, en plus des 300€, d’une aide de 3600€ (!) « s’ils ont un projet professionnel ».

3600€ versés par la France alors que la Roumanie bénéficie déjà de…20 milliards d’euros versés par l’Union Européenne entre 2007 et 2013 !!! L’Europe de l’Ouest paye, l’Europe de l’Est encaisse !

Ce sont au final des mesures totalement inutiles, très coûteuses pour les Français et totalement hypocrites de la part de personnes qui ont milité pour la libre-circulation des personnes dans l’Union Européenne.
C’est une fois de plus dans la lignée des annonces que le Gouvernement fait depuis 2007: de l’électoralisme et des mensonges.

PS: Il faut veiller à ne pas confondre les Roms et les Roumains, ces derniers n’aiment pas les Roms, qui sont perçus comme voleurs, délinquants et vivant à la botte de l’Etat, et ne veulent pas être assimilés à eux. Pour faire un parallèle, c’est un peu les maghrébins en France, en plus rejeté.

Sources: FdeSouche (vidéo), RTL (audio), FdeSoucheLe Point, FdeSouche

4 commentaires leave one →
  1. jon permalink
    25 août 2010 14 h 26 min

    300 euros d’indemnités pour vivre à notre crochet… Vous racontez vraiment n’importe quoi… Le prix du billet d’avion bucarest-Paris vaut déja plus de la moitié, donc ce que vous dites est complètement faux. Et de plus, de quel droit dites-vous, sans vous etres pris la peine de vérifier, que les roms roumains ne cherchent pas de travail dans leur pays?? Vous pourriez au moins vous prendre la peine d’étayer un peu vos thèses fantaisistes, à l’aide d’arguments. Mais non, votre seul argumentation repose sur des lieux communs et des préjugés « les roms sont des voleurs et des fainéants ». J’attends un peu plus que cela.

    • 25 août 2010 14 h 41 min

      Premièrement, prenez la peine de lire l’article correctement et vous verrez que Bucarest-Paris coûte 60€ environ.
      Deuxièmement, je n’ai pas écrit que les Roms ne cherchaient pas de travail. J’ai écrit qu’ils ne s’en servaient pas des 300€ pour se développer (puisqu’ils reviennent immédiatement en France).

      Ce ne sont pas des préjugés, ce sont des constatations que font aussi bien les Français que les Roumains. Je n’ai aucun preuve à vous apporter, relevez le nez de l’Humanité et ouvrez les yeux.

  2. 9 septembre 2010 23 h 54 min

    si on n’expulse pas les roms, on sait bien que d’autres viendront grossir le flux migratoire ! ce soir un mini reportage, les roms ont construit des bidonvilles en dessous des résidences de riverains qui protestent et portent plainte contre les nuisances (odeurs, bruits, vols, saccages) ! M. Dupont-Aignan veut contrôler les frontières, mais de quelles frontières parle-t-il ! c’est cela l’Europe, la France est tirée vers le bas, toujours plus bas !

  3. 15 septembre 2010 10 h 18 min

    La France a le droit d’expulser les indésirables de son territoire .On a les conséquences d’une Europe qui a été formée trop vite !!! Les pays fondateurs France Allemagne Benelux Espagne Italie au départ (les Anglais n’ont jamais été très francs et ont toujours un pied hors de l’Europe ) ces pays n’auraient dû accepter que les pays faisant un véritable effort surtout que l’Europe a versé des fonds pour celà ? Qu’est devenu cet argent versé pour que ces nouveaux pays s’adaptent???? Ces nouveaux européens n’ayant pas le nécessaire chez eux essayent de la trouver ailleurs ,et par tous les moyens ,c’est ce qui les rend indésirables

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :