Skip to content

[MàJ] Xavier Lemoine, maire de Montfermeil: « la cause du désordre est d’ordre culturelle, pour ne pas dire des fois cultuelle »

6 juillet 2010

Robert Ménard recevait hier Xavier Lemoine, maire de Montfermeil (93), dans son émission « Ménard Sans Interdit » sur iTele (que je recommande au passage).
Xavier Lemoine a pointé le phénomène culturel voire cultuel (l’islam) qui serait la cause des problèmes dans les banlieues. Il a également mis en cause les parents, n’inculquant pas une éducation convenable à leurs enfants.
Ces deux affirmations sont très probablement juste. La deuxième a été expliquée à Augustin Legrand par Marine Le Pen sur France 2 lorsqu’elle lui faisait remarquer que dans la région où elle est élue les enfants et adolescents sont très bien éduqués et courageux malgré la pauvreté de cette région Nord-Pas-de-Calais. Xavier Raufer le démontre également en ayant comparé le taux de délinquance de la Seine St-Denis avec les départements les plus pauvres de France; Résultat: dans ces derniers la délinquance est quasi-inexistante, ce n’est donc pas la pauvreté qui est la cause de la délinquance mais fort probablement une non-éducation de la part des parents.
La première est expliquée par Xavier Lemoine lui-même:

Je dis que dans les banlieues, la cause du désordre n’est pas sociale, n’est pas économique, n’est pas urbaine. La cause est d’ordre culturel, pour ne pas dire des fois cultuel. Il faut aller jusque là. Vous avez des populations qui se mettent totalement en marge du fonctionnement normal de la République, et qui reproduisent exactement le mode de vie qu’ils ont dans leurs pays d’origine, avec leurs coutumes, leurs us, leurs lois, etc. Ca c’est la vérité.

Il est « amusant » de voir ce pompier pyromane à la télévision. En effet, ce sont lui, son parti politique et la gauche qui ont toujours voulu une immigration massive et incontrôlée afin de satisfaire de grand patronat et de constituer un réservoir de voix. Il est évident que depuis des dizaines d’années nous ne pouvons plus accueillir 500 000 étrangers par an (et non pas 200 000 comme Xavier Lemoine l’affirme) et qu’un afflux d’étrangers aussi important ne se conclue pas en une intégration réussie mais en communautarisme puisque les étrangers se regroupent logiquement entre-eux, venant d’un même pays ou partageant une même culture.

Source: FDeSouche

[MàJ]: Voici un extrait d’une interview de Xavier Lemoine pour La Croix:

La Croix: Vous êtes maire d’une ville très pauvre de Seine-Saint-Denis. Quels sont les effets de la crise sur les banlieues?

Xavier Lemoine: Le climat est de plus en plus tendu. Les relations humaines se dégradent avec un développement de formes de violences imprévisibles et extrêmes. Les faits divers témoignent de la multiplication des rackets, agressions ou dégradations dans les écoles, dans les transports ou dans la rue.

Certains de vos confrères disent que le département de la Seine-Saint-Denis est au bord de l’explosion.

Je suis d’accord sur le constat, mais je diverge sur les causes de cette dégradation de la situation. Certains élus mettent cela sur le compte d’un «désengagement» de l’État. Je conteste cette analyse. Douze milliards d’euros ont été engagés par l’État dans le cadre de la rénovation urbaine. Ce programme piloté par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) est la plus belle machine de renouvellement du territoire que l’on ait jamais connue. Le travail dans nos quartiers avance et les résultats crèvent les yeux.

Quelles sont alors, selon vous, les raisons de cette dégradation du climat ?

Posons-nous honnêtement la question: pourquoi les milliards injectés depuis des années dans les banlieues n’ont-ils pas produit les effets escomptés ? J’estime que nous sommes confrontés à une dérive communautariste organisée qui ne cesse de gagner en efficacité, en visibilité et affaiblit la portée de toutes les politiques publiques.Cette dérive procède de l’islam politique, elle est l’œuvre de courants minoritaires mais déterminés et organisés.

Progressivement, ils reprennent en main les populations pour leur faire adopter des comportements qui les éloignent du vivre ensemble. Si l’on refuse de répondre à ce défi, les politiques de la ville sont condamnées à échouer.

Depuis trente ans, nous avons rompu avec notre modèle d’intégration qui est celui de l’assimilation. Au nom du droit à la différence, on a laissé tout faire, incapables de fixer les moindres exigences aux populations accueillies.

[…]

[…]

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :