Skip to content

Les économies façon Sarközy: un Airbus à 176 millions d’euros !

29 juin 2010

On nous avait promis des économies, une République irréprochable, finalement il n’en est rien. Les dépenses incommensurables, inutiles et indécentes se multiplient (annulation de la Garden Party mais…, la rigueur budgétaire un honteux mensonge, l’Elysée gaspille pendant que le déficit de la France s’accroît) pendant que le peuple français doit se serrer la ceinture, étranglé par le système européiste imposé par Bruxelles d’où découle délocalisations, chômage et pression fiscale. Quant est-ce que le Tsar Közy se comportera comme un chef de village s’occupant des villageois au lieu de se comporter comme un ignoble snob nanti accumulant scandales sur scandales avec une impassiblité totale ?

Article lu sur Le Post:

D’un côté, terrible restriction, le président de la République se contraint à supprimer la garden party élyséenne du 14 juillet, soit une économie de 700 000 euros. De l’autre, le même président pourra bientôt faire joujou avec son nouvel avion personnel, un Airbus A330-200 tout refait à neuf façon Roi-Soleil des temps aériens.

Ce matin, le Parisien nous en dit plus« Pour respecter le cahier des charges de l’Elysée, il a fallu désosser entièrement la cabine. A présent, une soixantaine de fauteuils business remplacent les 324 sièges initiaux et une grande salle de réunion a été dessinée. A bord, le président disposera d’une chambre et d’une vraie douche. Côté technologie (fax, téléphone, ordinateur), on a choisi le dernier cri, et les passagers auront la possibilité de surfer sur le Net à 10000 m d’altitude. Enfin, la carlingue a été renforcée et l’avion équipé d’un système de leurre antimissiles ».

Coût total de l’opération: 176 millions d’Euros. Je répète, 176 millions d’euros. Ajoutons également que l’heure de vol reviendra à 20 000 euros (contre 8000 pour un appareil ordinaire).

On comprend pourquoi la Garden party du 14 juillet a été annulée. A ce prix, il devait manquer 700 000 euros pour l’accoudoir gauche du fauteuil présidentiel. Le confort du souverain imposait à l’évidence ce choix douloureux.

PS: je me demande si ce court billet ne risque pas d’être taxé de « populiste »?

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :