Skip to content

L’extrême-droite à géométrie variable

29 juin 2010

On revient le temps d’un article sur l’apéro saucisson et pinard (auquel j’ai assisté, vous pouvez retrouver mes photos ici). Les organisateurs de l’apéro géant et les soutiens ont été directement classés à l’extrême-droite (exceptés les féministes, ouf !). Bloc Identitaire ? Extrême-droite (et même « favorable à une « nation blanche ») ! Sylvie François ? Extrême-droite ! Résistance Républicaine ? Extrême-droite ! Riposte Laïque ? Extrême-droite ! Un comble pour cette dernière organisation, de gauche, dont le principal acteur, Pierre Cassen, est même un ex-trotskyste !
Désormais, en France, toute attaque contre une catégorie de population ou contre l’islam ou le judaïsme (pas le christianisme étonnamment !) vous classe obligatoirement à l’extrême-droite par la bienpensante opinion dominante. Ceci est pourtant complètement FAUX ! En effet, l’extrême -droite se caractérise par plusieurs points: anti-démocratie, anti-parlementarisme, supériorité d’une race par rapport à une autre, parfois traditionalisme religieux, anti-laïcité, parfois fascisme (ce terme est très difficile à définir, on préféra donc « régime totalitaire », plus caricatural mais facile à comprendre).
Les personnes et organisations classées à l’extrême-droite aujourd’hui sont bien souvent celles qui dévient un peu de la pensée unique. Faites le test: dites à un de vos proches ou amis que vous pensez que l’immigration est néfaste pour notre pays et que le multiculturalisme l’est encore plus; vous verrez où il/elle vous classera politiquement …
Vieille méthode, les gauchistes qualifiaient également le Général De Gaulle de « fasciste »…avant qu’il ne libère la France !

Article lu sur Riposte Laïque

L’apéro saucisson pinard est donc d’extrême-droite, les autorités françaises viennent de trancher. En réalité, c’est la France (le saucisson et le vin) qui est d’extrême-droite, selon les élites (anti)françaises. Par contre, les prières musulmanes dans la rue ne sont ni d’extrême-droite ni anti-laïques, selon les mêmes autorités. Il se passe décidément beaucoup de choses importantes en France le 18 juin. Cette année, 70 ans après l’appel que l’on sait, les Français découvrent que l’extrême-droite est en réalité au pouvoir, comme en 1940. Et pour cacher qu’elles sont d’extrême-droite, les autorités accusent ses opposants de l’être.

Or, en défendant l’islam, elles défendent la peine de mort, l’interdiction de l’avortement, la soumission de la femme à l’homme et à Dieu, l’abandon de la laïcité, etc., donc l’extrême-droite. Michel Onfray l’a bien compris, et il a osé le dire publiquement il y a quelques jours : « le problème n’est pas la burqa, mais l’islam ». Pourtant personne ne le considère d’extrême-droite. En effet, il est juste athée, à l’instar de la plupart des gens de gauche d’ailleurs.

Ayaan Hirsi Ali dit la même chose, mais on ne la considère pas d’extrême-droite. Geert Wilders cependant, un ami personnel d’Hirsi Ali, est d’extrême-droite pour dire lui aussi la même chose ! Allez comprendre… Taslima Nasreen n’est pas d’extrême-droite, et Caroline Fourest commet un livre avec elle, mais la résistante bangladaise dit elle-aussi la même chose : le problème c’est l’islam.

Par contre Caroline Fourest considère d’extrême-droite l’apéro saucisson pinard contre l’islam. Et du bout des lèvres elle condamne les prières musulmanes dans la rue, des mois après que Riposte laïque (que Mme Fourest considère d’extrême-droite) en parle semaine après semaine sur leur site. Mieux vaut tard que jamais, mais Caroline Fourest devrait faire attention, elle est en train de rejoindre l’extrême-droite. Cette expression infamante se révèle donc être l’épouvantail idéal pour détourner les Français et la France de son destin : rester elle-même, à savoir une démocratie et une république laïque, tolérante et où règne la diversité.

A la Goutte d’Or il n’y a plus de diversité depuis longtemps, l’islam y règne en maître jusque dans la rue. Pourtant on n’entendait pas jusqu’à présent les chantres habituels du vivre ensemble et de la diversité, qui ont pourtant leur rond de serviette dans les plus grands médias. Leur réveil tardif ne démontre qu’une chose : leur opportunisme.

Le 18 juin 40, l’extrême-droite était au pouvoir, le Front populaire et Pétain main dans la main, en collaborant avec les nazis. Les résistants, même ceux de l’Action Française, étaient contre la véritable extrême-droite.

Aujourd’hui, plus que jamais, l’histoire se répète, et à la même date. Le point de non-retour a donc été franchi comme 70 ans auparavant, et rien ne sera plus comme avant, suite à ce 18 juin 2010 historique.

Jean Robin

Fondateur d’Enquête et Débat, nouveau média généraliste sur Internet

http://www.enquete-debat.fr/

Auteur de La Nouvelle Extrême-Droite, à paraître chez Xénia en septembre 2010

Lire l’enquête de Victoire Florent sur les prières musulmanes :

http://www.enquete-debat.fr/archives/pourquoi-prie-t-on-dans-la-rue-a-paris-en-2010-2/

One Comment leave one →
  1. emaraud permalink
    29 juin 2010 0 h 25 min

    « les gauchistes qualifiaient également le Général De Gaulle de « fasciste »…avant qu’il ne libère la France ! »

    Eh bien, Benamou, co-fondateur de SOS racisme, confirme: les premiers résistants, selon ses propos étaient des « extrémistes » (entendu en direct sur France 2 le 18 juin 2010).

    La boucle est bouclée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :