Skip to content

SCANDALE: «S’ils font des descentes, je risque de ne pas être réélu.»

28 juin 2010

Dans un billet publié sur son blog, Malika Sorel, membre du Haut Conseil à l’Intégration, revient sur l’appel des maires de banlieues et publie un extrait d’une lettre qui prend le contre-pied de cet appel ô combien risible. Maires de banlieues qui, au passage, se plaignent d’un problème…qu’ils ont causés eux-mêmes afin d’être élu, réélu, réréélu, réréréélu, réréréréélu, réréréréréélu, etc, etc… « Tous pourris » comme on dit, ces politicards carriéristes, des parasites, bien accrochés à leurs privilèges, des pourris, des vendus, des tocards.
Grâce à Malika Sorel, c’est désormais officiel que certains maires détruisent la France, son unité, sa qualité de vie, UNIQUEMENT pour être élu à chaque élection. Assez horrible et même cynique j’ai envie de dire. De vraies pourritures.

Extraits d’un article lu sur le blog de Malika Sorel:

Le problème de l’intégration n’est pas économique

Je souhaitais vous rédiger un billet à propos de l’appel des maires de banlieues. Au lieu de vous faire une revue détaillée de cet appel, je préfère vous poster la lettre que Xavier Lemoine, lui-même maire de banlieue, et Vice-Président du Conseil National des Villes, a posté à ses petits camarades pour les appeler à la raison. Sa lettre est pleine de bon sens.

Voici un extrait de l’appel: «Faudra-t-il de nouvelles émeutes pour que les pouvoirs publics s’intéressent à nos villes et à ceux qui y vivent ?» Comment doit-on qualifier des prises de positions qui en viennent à cautionner la violence qui s’exprime et s’exerce contre notre société ? Mais au fait, les élus n’ont-ils vraiment aucune part de responsabilité dans ce qui arrive ? Moi, je pense que si ! En mettant en avant la question économique comme seule cause de tous les maux, ils ont en effet participé à empêcher ce sujet d’être véritablement traité. Si l’erreur est humaine, persévérer est diabolique.

Voici un petit cocktail ce qu’il m’est arrivé d’entendre:

«Je ne veux pas de descentes de policiers contre les trafics dans ma commune. Après, ça déclenche des représailles et c’est le bazar. Tant que vous les laissez faire leurs trafics, tout va bien et c’est calme.»

« S’ils font des descentes, je risque de ne pas être réélu. »

Dans l’esprit de certains élus, c’est la police qui en vient à constituer un problème !!!

«Comme il y avait des problèmes de communication entre les parents et les enfants, alors j’ai fait dispenser des cours d’Arabe aux parents et aux enfants.» Oui, vous avez bien lu.

«J’ai un grave problème: dans ma circonscription, j’ai un quartier où une grande proportion des familles sont polygames. Le gouvernement ne fait pas assez. Il faudrait qu’il intervienne davantage.» Je pose la question suivante à l’élu: «Vous voulez dire que la polygamie est interdite par la loi et qu’il faudrait faire en sorte que la loi soit respectée ?» Réponse de l’élu: « Non, ce dont j’ai besoin c’est que le gouvernement débloque davantage d’argent pour construire des logements sociaux. Il nous faut décloisonner les familles et permettre aux différentes épouses d’avoir un logement.» J’ai failli tomber de ma chaise !

___________________

Lettre ouverte à mes amis les maires de banlieue

[…]

[…] Et nous voilà, maires de banlieue, à nous transformer en “monsieur Bahlsen” du “toujours plus” d’argent de la politique de la Ville. C’est une grave erreur car nous nous trompons et nous trompons tous les Français. J’appelle de mes vœux une réflexion plus fondamentale.

Les moyens financiers et humains qui restent nécessaires à la politique de la Ville doivent être subordonnés impérativement aux considérations suivantes que j’évoque par ordre d’importance.

  • La situation financière, économique et sociale de la France nécessite que nous prenions aussi part à l’effort collectif de redressement. On ne peut prendre en défaut la solidarité du pays en faveur de nos quartiers défavorisés. Songeons seulement aux 12 milliards d’euros de l’Anru et aux 500 millions annuels de L’Acsé. L’effort sera à poursuivre mais il est déjà conséquent. C’est jouer avec le feu que de justifier à l’avance des événements du type émeute en invoquant un désengagement de l’État.
  • De la même manière, regardons si actuellement la France peut continuer, tous les ans, d’accueillir définitivement sur son territoire 200 000 étrangers. Nous ne ferons pas l’économie, pour des raisons culturelles et démographiques, de devoir reconsidérer sérieusement la nature et l’intensité des flux migratoires.
  • Soulignons au passage les politiques de gauche qui ont cru devoir favoriser l’arrivée dans leur ville du “prolétariat de substitution” au travers de l’immigration et les politiques de droite qui ont pris pour les villes dont ils étaient députés ou sénateurs des dispositions qu’ils n’ont pas voulu prendre dans le même temps pour la France. Au-delà des postures médiatiques et politiques, bon nombre d’élus, notamment de gauche, débordés, voire otages, ne savent comment éteindre l’incendie tandis que la droite ne brille pas par son courage, tétanisée par les grands prêtres de l’antiracisme et du politiquement correct.
    Cela étant dit, nous pourrions peut-être, ensemble, nous préoccuper de l’avenir qui nous attend…
  • Avant de rallonger les financements en direction de nos quartiers, posons-nous collectivement la question de savoir pourquoi toutes les sommes à ce jour investies n’ont hélas pas produit les résultats escomptés. Nous avons renoncé à l’assimilation et nous avons prôné l’intégration, en vérité le cache-sexe du droit exacerbé à la différence. Sacrée différence en effet.
  • Ce droit à la différence exacerbé a annihilé toute tentative d’exigences, si minimes soient-elles, en direction des populations accueillies. Nous avons fait ainsi le lit du communautarisme qui, lui, ne badine pas quant à ses méthodes de contrôle social dans nos quartiers. Ainsi, nos politiques publiques d’intégration perdent, d’année en année, de leurs effets. Un monde parallèle, solidaire, organisé, déterminé campe à nos portes et les bascules démographiques sont à l’œuvre ; elles ne sont pas pressées, elles ont le temps pour elles. Elles sont inexorables.

[…]

Xavier Lemoine, maire de Montfermeil

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :