Skip to content

Destruction du patrimoine français: Les châteaux en péril

19 juin 2010

Nicolas Sarközy l’anti-France, dans son optique euro-mondialiste de destruction du patrimoine français et de son Histoire, continue dans le même chemin. L’Etat réduit considérablement son aide à la restauration et à l’entretien des châteaux français, plus de la moitié des régions et certains départements n’offrent carrément plus aucune aide … A revoir: « Sarkozy vend l’or de la France » et « Patrimoine français: tout est à vendre ! Ces trois dernières années, l’État a vendu pour près de 2 milliards d’euros de nos monuments historiques, hôtels particuliers mais aussi, des casernes ou des immeubles de bureaux. Le patrimoine de la France s’élève à plus de 55 milliards d’euros, l’un des plus importants au monde. »

Extraits d’un article lu sur Le Figaro:

En 2010, 34 départements ont supprimé l’aide au propriétaire privé.

[…] Sur les 6 450 châteaux et manoirs inscrits ou classés, 5 550 sont en effet entre les mains de particuliers. Les 900 autres relèvent du secteur public.

Ainsi depuis plusieurs années et en parallèle des baisses des aides de l’État passant de 30 millions d’euros en 2000 à 25 millions environ l’an passé, les collectivités locales se désengagent. Cette année, on compte 34 départements ayant supprimé l’aide au propriétaire privé. Ce repli inquiétant avait commencé il y a plusieurs années. Entre 2003 et 2007, les crédits avaient chuté de 33 % passant de 10 millions à 6,7 millions d’euros et, en 2008, on dénombrait 28 conseils généraux ayant coupé les vivres au privé.

«Véritable sacerdoce»

Or la situation pourrait continuer à se dégrader. Entre le contexte économique de crise, l’augmentation des prestations sociales, mais aussi le transfert de compétences entre l’État et les collectivités, les départements sont aujourd’hui confrontés à des difficultés budgétaires. L’argent manquant, ces derniers se recentrent sur leurs activités obligatoires, comme le volet social. Des coupes sombres ont déjà été annoncées sur des secteurs comme l’associatif et la culture.

Quant aux 21 régions, 14 d’entre elles n’accorderont plus de subvention cette année. Alors que la courbe des crédits affichait jusqu’alors une augmentation constante (1,6 million d’euros en 2003 contre environ 3 millions d’euros en 2008), elle pourrait cette fois fléchir.

Face à ce désengagement, le responsable de la Demeure historique, Jean de Lambertye, demande une compensation de la part de l’État. Et sollicite 10 millions d’euros supplémentaires. «Que les taux d’intervention de l’État qui sont environ de 20 % pour les monuments classés et de 10 % pour les monuments inscrits passent respectivement à 50 % et 30 %». Une requête difficile à faire entendre : les châtelains faisant, il est vrai, davantage envie que pitié… En période de crise, leur sort n’est assurément pas prioritaire.

Le président de l’association ne le sait que trop bien et rappelle que l’enjeu n’est pas d’aider des gens à se loger dans un château, mais bien de protéger un patrimoine. «Nous sommes avant tout des entrepreneurs. Un château fait vivre des sociétés notamment dans des campagnes reculées», dit-il en rappelant aussi ce pacte qui unit l’État et ces châtelains privés. Ainsi, l’ordonnance du 9 septembre 2005 les rend «responsables de la conservation du monument historique». Une mission aussi belle que coûteuse qui doit se réaliser dans les règles de l’art et sous le contrôle des architectes des Bâtiments de France. Ce «véritable sacerdoce», selon ce responsable, doit avoir, d’après lui, comme contrepartie, un appui financier. «Il ne s’agit pas d’aider tous les châteaux chaque année, mais d’apporter des soutiens ciblés aux propriétés fragiles», poursuit-il.

Parmi les plus emblématiques, ces propriétés seraient, selon lui, au nombre de 600 environ. Sans ces appuis et si le désengagement financier se poursuivait, c’est l’allure de ces châteaux qui en sera affectée. «Ils tomberont en ruine et partiront entre les mains d’acquéreurs étrangers», lance un propriétaire.

[…]

One Comment leave one →
  1. 12 juillet 2010 10 h 15 min

    Je suis tout à fait d’accord et effaré par cet article car nouvellement Président d’une association « Les amis du château de Caumale » ayant pour but justement la sauvegarde du patrimoine historique et architectural du château de Caumale situé dans les landes, dont
    les propriétaires ont établit un appel à mécénat avec l’appui de la Demeure Historique, je me demande quelle est cette politique qui n’entends pas protéger et sauvegarder tout simplement
    le patrimoine national même privé. Nous avons crée l’association pour tenter de sauvegarder un château des XVème et XVIII e siècle, patrimoine gascon en armagnac… dont l’état des toitures menace ruine… cela est une priorité pour le patrimoine et non comme vous le dites
    pour les propriétaires qui ne peuvent évidement pas, y vivre, ni « en »vivre encore moins . Cependant on a pu créer un site internet pour concourir au relèvement du château…et l’association emploiera toute son énergie à susciter des travaux de protection du bâtiment
    tout le monde : Etat, Région, Département s’accordant à ne rien faire malgré des kilomètres d’articles de déclaration d’intention et autres cela aussi coûte cher !!!! courage cependant et ne baissons pas pavillon trop vite !!!! Didier ROQUES président de l’Association des Amis du Château de Caumale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :