Skip to content

Afrique: la bombe démographique

17 juin 2010

L’Afrique, une bombe démographique. D’où l’extrême urgence de se prémunir d’une vague migratoire sans précédent. Où iront ces hommes, ces femmes, ces enfants, pauvres ? Ils seront dans l’avenir des dizaines voire centaines de millions à vouloir entrer en Europe pour espérer avoir une vie meilleure. Non seulement elle ne sera pas meilleure, mais elle fera baisser considérablement le niveau de vie en Europe et le fera devenir simplement un continent sous-développé. D’où la nécessité d’aider les africains dans leur propre continent plutôt que de les gaver d’aides sociales, comme le souhaite le camerounais Emile Bomba.

Seulement, le projet est tout autre. Nos zélites utilisent l’immigration avec deux buts principaux: faire baisser les salaires en recrutant des étrangers qu’ils paieront « au lance-pierres » et métisser la population afin que les Hommes soient tous semblables pour mieux instaurer l’euro-mondialisme et, plus tard, le village global, le Nouvel Ordre Mondial.
« Il paraît assuré qu’à la fin du siècle, la population de France serait très majoritairement de souche extraeuropéenne », publions nous il y a 1 mois.

Extraits d’un article des Echos:

Le continent subsaharien comptera près de 2 milliards d’habitants d’ici à 2050, soit un cinquième de l’humanité. Corollaire de cette explosion démographique, l’urbanisation galopante qui touche principalement les 16 pays de l’Afrique de l’Ouest.

[…]

C’est un petit graphique animé, disponible sur Internet. Il aidera ceux qui l’ignorent encore à appréhender un phénomène dont on parle peu, mais aux conséquences planétaires… Mis au point par l’Ined (Institut national d’études démographiques) à partir des projections des Nations unies, il permet de visualiser la sidérante explosion démographique de l’Afrique d’ici à 2050.

Au moment où l’on s’apprête à célébrer les cinquante ans des indépendances africaines, l’Afrique, plus que jamais, «est là», comme on dit là-bas: au sud du Sahara, les Africains étaient 180 millions en 1950, ils sont 860 millions actuellement et seront de 1,8 à 2 milliards dans quarante ans. Une multiplication par 10 de la population locale en un siècle.

Du jamais-vu dans l’histoire de l’humanité. Comparaison confondante : «Si la France avait connu la même croissance que la Côte d’Ivoire entre 1960 et 2005, elle compterait aujourd’hui 250 millions d’habitants, dont 60 millions d’étrangers», écrivent Jean-Michel Severino – jusqu’à il y a quelques jours directeur général de l’Agence française de développement -et son conseiller Olivier Ray, qui ont fait de cette émergence démographique la pierre angulaire de leur récent ouvrage « Le Temps de l’Afrique » (2). Un gonflement humain «qui dépasse l’entendement», reconnaît un expert. Et une sacrée surprise pour tous ceux qui imaginaient ce continent encore vide et le retrouvent soudainement plein.

[…]

Sur le papier, les statistiques parlent d’elles-mêmes. Quelques exemples: une naissance sur quatre dans le monde a aujourd’hui lieu en Afrique ; un être humain sur cinq sera africain au milieu de ce siècle ; il naît chaque année au Nigeria davantage d’enfants que dans toute l’Union européenne ; le Niger, où l’on enregistre le plus fort taux de fécondité au monde (plus de 7 enfants par femme), va voir sa population pratiquement quadrupler entre 2000 et 2050 pour atteindre… 50 millions ; d’ici à quarante ans, la population du Nigeria va dépasser celle du Pakistan, du Bangladesh, de l’Indonésie et même peut-être des Etats-Unis […]. […] son taux de fécondité est le double de la moyenne mondiale, son taux de croissance de la population au moins le double aussi et son taux de natalité, à 2,5  %, au moins le double encore, souligne l’Ined. Sans surprise, le corollaire en est sa jeunesse : 45 % de sa population a moins de quinze ans.

[…] En Afrique, on n’en est toujours qu’à la première phase de cette «transition», car, si l’on vit plus vieux grâce à l’hygiène et à la médecine, une inertie sociale fait que l’on fait toujours beaucoup d’enfants: 4,6 enfants par femme en moyenne. […] l’Afrique s’est dépeuplée quatre siècles durant et elle ne fait que retrouver aujourd’hui la part relative dans la population mondiale qu’elle avait… dans les années 1500.

[…]

Inquiétant, ce boom démographique ? […] «Elle va soumettre la complexité des sociétés africaines à des bouleversements sans précédent, et non seulement transformer le continent africain, mais la planète tout entière. Il y a là des risques, mais aussi beaucoup d’opportunités.»

Publicités
One Comment leave one →
  1. emaraud permalink
    17 juin 2010 13 h 37 min

    Tout est résumé ici:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :