Skip to content

L’Elysée gaspille pendant que le déficit de la France s’accroît !

8 juin 2010

Hop, 3 nouvelles en une: Nicolas Sarközy dépense 4 fois plus que Jacques Chirac en frais de déplacement, le conseiller de Luc Châtel ne fait plus attention à ses frais de restaurant et la Cour des Comptes estime que « tous les clignotants budgétaires et financiers sont au rouge » (ce qui rappelle ce que disait Jean-Marie Le Pen il y a quelques mois déjà: « Tous les indicateurs français sont au rouge, sauf les Restos du coeur et les rémunérations des traders« ).

La rupture

On apprend via Challenges les frais de déplacement de Nicolas Sarkozy sont montés en flèche. Les frais ont été augmentés de 10% pour atteindre 22 millions au lieu des 20,3 millions d’Euros demandés par l’Élysée pour l’exercice 2009, soit une augmentation de 34% par rapport au record de 2008 (16,3 millions). « Ils ont même progressé de 51% si l’on tient compte du fait qu’en 2008, 1,7 million d’Euros de frais avaient été pris en charge par le budget de la présidence française de l’Union européenne », remarque le député socialiste René Dosière.

L’Élysée explique ce dérapage par l’accroissement des sommets internationaux qui sont plus que de simples déplacements. Sarkozy aurait alors dépensé trois à quatre fois plus que Chirac en voyages.

Selon Les Indiscrets, le conseiller de Luc Châtel dépenserait  10 000€ par mois en frais de restaurant. Malgré ses…8 000€ par mois. Ledit conseiller dément, et explique que les conseillers ministériels ont un tarif spécial de 50€ par repas. Sachant que dans ce restaurant, L’Arpège à Paris, les menus du midi, du soit et « à la carte » coûte respectivement 135€, 200€ et entre 188€ et 300€, qui paye la différence ? Le chef serait-il généreux au point de faire entre 65% et 85% de réduction sans contrepartie ? …

Dans le même temps, le Cour des Comptes estime que « Tous les clignotants budgétaires et financiers sont au rouge ». « L’exécution budgétaire s’est achevée l’an dernier par un déficit de 138 milliards d’euros, soit une fois et demi celui constaté en 2008« , pourtant déjà à un niveau record de 56 milliards, a-t-il souligné. Ce déficit 2009 représente près de la moitié des recettes nettes du budget général de l’Etat et plus des deux tiers de ses recettes fiscales nettes.
Le budget 2009 avait en effet été préparé sur une
hypothèse de croissance de 1% alors que le produit intérieur brut (PIB) de la France a finalement chuté de 2,5% en raison de la crise économique et financière mondiale.
Cette crise a nécessité des mesures de relance gouvernementales qui ont elles aussi pesé sur les recettes (16,3 milliards) et accrû les dépenses (15,7 milliards au titre de la mission « plan de relance »), selon la Cour des Comptes.

C’était donc ça la rupture ? …

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :