Skip to content

Interpol complice directe du régime dictatorial iranien !

15 mai 2010

C’est l’affaire qui commence à buzzer aux Etats-Unis: Interpol a aidé le régime dictatorial iranien à localiser un opposant pro-démocratie , le mettant sérieusement en danger !

Notez qu’il est indiqué, à juste titre, sur Wikipédia:

À cause du rôle politiquement neutre qu’elle doit jouer, la Constitution d’Interpol lui interdit d’intervenir dans les affaires ne concernant qu’un pays membre, ou les crimes militaires, politiques, religieux ou raciaux. Ses activités tournent autour du trafic et production de drogue, du terrorisme, du blanchiment d’argent, du crime organisé.

Tout le contraire de ce qui s’est passé récemment…

Extraits d’un article lu sur Defrancisation.com:

Pour traquer ses propres dissidents sur le territoire de pays étrangers, le gouvernement Iranien bénéficie des services apparemment peu sourcilleux de la fameuse agence de police internationale, dont le QG est, rappelons-le, à Lyon en France.

C’est la nouvelle affaire qui commence à «buzzer» sur les sites américains, initialement rapportée par la chaine CBN et qui soulève certaines questions. La première qui vient à l’esprit, après l’ONU et Amnestie International, est-ce au tour d’INTERPOL de montrer une complaisance surprenante envers des pays islamiques si souvent associés au terrorisme international ? Autre ironie dans cette affaire, l’agacement suscité est souligné par le fait que l’organisation est en partie financée par le contribuable américain.

Il y à 20 ans, Shahram Homayoun avait fuit l’Iran pour les Etats-Unis. Dans son pays natal, il était devenu une cible, un ennemi public. Son crime: critiquer le régime, soutenir publiquement la démocratie et les droits de l’homme. Le régime iranien n’a pas oublié, et aujourd’hui il tente de remettre la main sur Homayoun. Non pas à Téhéran, mais à Los Angeles.

Aux journalistes de CBN News, Homayoun déclare: « Ils sont parvenus à m’acculer ici, et il semble que le gouvernement américain ne puisse rien y faire » .

A Los Angeles, Homayoun possède une chaine satelitaire – «Channel One TV». Celle-ci diffuse quotidiennement un programme pro-démocratique vers l’Iran. Pas d’appel à la violence, ni à quelques actions de terrorisme envers le régime iranien. Pourtant c’est bien sur cette accusation de «terrorisme» que l’Iran à finalement fait appel à INTERPOL.

Étonnamment, INTERPOL embraye dans la foulée en diffusant la fameuse «Red Notice» – Alerte Rouge, réservée d’ordinaires aux vrais criminels dont, bien sûr, les terroristes avérés. Bien que les accords avec les États-Unis ne permettent pas à INTERPOL d’effectuer des arrestations sur le sol américain, l’effet est immédiat et implacable: Homayoun ne peut plus quitter les Etats-Unis, sa banque gèle immédiatement le compte qu’il y avait ouvert 10 ans plus tôt, et la Red Notice lui ferme les portes de tout autre organisme bancaire.

Comme Homayoun, l’expert de l’Iran Ken Timmerman y voit une ironie absurde :
« Il y a un régime terroriste en Iran — ils dégomment leurs propres dissidents dans ce pays, et ils ont assassinés plus de 200 personnes hors de leurs frontières. Et à présent ils se servent de l’organisation de police internationale pour traquer ces mêmes dissidents » .

La complaisance d’INTERPOL est certainement ce qui surprend le plus dans cette affaire, Timmerman ajoutant : «INTERPOL ne devrait pas prendre pour argent comptant la parole du régime iranien. Ils ne devraient pas, sans aucune sorte de vérification objective préalable, accepter de diffuser des mandats d’arrêts au profit du régime iranien contre des gens dont ils peuvent aisément vérifier les activités, et qui n’ont rien à voir avec le terrorisme. Des gens comme Sharham Homayoun« .

[…]

Homayoun compte évidemment se battre avec tous les moyens légaux à sa disposition, mais même si le FBI lui assure qu’ INTERPOL ne peut l’arrêter tant qu’il demeure sur le sol US, la Red Notice qui fait de lui un « terroriste recherché internationalement » n’a pas, à ce jour, été retirée par INTERPOL.

Si même une organisation chargée d’assurer la protection des citoyens et de coordonner les actions de Police dans le monde entier se met à aider une dictature contre les personnes réclamant une démocratie, sur qui compter alors ?

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :