Skip to content

Marcel Campion dénonce des « chasses aux blancs » !

17 avril 2010

Marcel Campion, homme d’affaire, fils de forain, propriétaire et gérant de la Foire du Trône, des manèges du jardin des Tuileries et de la grande roue de la Concorde à Paris, a récemment lancé un appel aux politiques par une lettre où il décrit une insécurité gigantesque à cause de jeunes qui n’ont qu’un but en venant à la Foire du Trône: faire le plus de mal possible. Vous pouvez retrouver cette lettre en intégralité ici.

Il a notamment expliqué lors de ses passages radios que c’est une violence qu’il n’avait « jamais vu », qu’avant c’était « des bagarres » mais que désormais c’est « un phénomène de société » qui se passe avec une véritable haine de la part de ces jeunes. Il décrit des « bandes de 80 à 100 personnes très agressive » qui peuvent agresser les gens « sans que les policiers n’interviennent »; Ce qui correspond très bien avec les 3000 postes de policiers par an que supprime Nicolas Sarközy. Ce qui se passe dans les cités dites sensibles d’ailleurs, Marcel Campion a trouvé le bon terme, c’est effectivement un « phénomène de société ».
Il continue en expliquant que cela ne se déroule pas qu’à la Foire du Trône mais « partout à Paris, que ce soit aux Champs-Elysées ou aux Puces de St-Ouen ». Il explique également que nous sommes « entourés de bien-pensants qui nous explique toujours la vraie situation mais ils ne la connaissent pas » (Martine, Benoit, Cecile, Marie-George et les autres, si vous nous entendez…).

Mais plusieurs choses m’ont interpelées. Qui n’ont fait que confirmer ce que l’on voit dans la vie de tous les jours ainsi que dans les journaux, à la télévision, etc…

Dans sa lettre, Marcel Campion commence par la liste des personnes à qui il adresse celle-ci, avec entre autres « Mesdames et Messieurs des médias et intellectuels de tous bords, bons et biens pensants anti-racistes« : le ton est donné. On sait tout de suite que ce sont les noirs et les arabes les fouteurs de merde, il faut le dire franchement. Sans racisme de ma part, c’est une réalité.
Il décrit « des hordes de jeunes gens et jeunes filles, sans respect de l’autre » qui « crachent sur notre pays. ».
Ensuite il dit que la Foire du Trône est « squattérisée par des populations à risque » . Tiens tiens, qu’est ce qu’une « population à risques ». On devine facilement.

Lors d’une intervention sur RMC chez Jean-Jacques Bourdin (vidéo ci-dessous), pour le coup le type même du bien-pensant, il décrit une scène vécue quelques jours auparavant: il commence par « J’ai assisté samedi soir au lynchage d’une femme par une dizaine de filles… blacks – on n’a pas le droit de le dire… – pour lui voler son sac. ». Et décrit ensuite que cette femme était « probablement dans le coma » car elle avait reçu « des coups violents à la tête ». Violent. Haineux.
Il liste les objets dangereux retrouvés sur ces « jeunes » un samedi soir lors des palpations obligatoires à l’entrée de la Foire du Trône: 13 cutters, 37 couteaux, 54 ciseaux, 2 revolvers (!!!), 6 bombes lacrymogènes, 1 masse (!!!), 2 poings américains, des tires-bouchons (ça peut à la limite se comprendre), des tournevis, des épées (!?). Qu’on ne me dise pas qu’ils sont venus là pour s’amuser !

Dans une autre intervention sur RMC, plus tard, le journaliste lui demande « Ils viennent d’où ces jeunes ? », Marcel Campion répond « Bah je sais pas, ce sont des blacks… ».
Puis, à 2mn45s (vidéo ci-dessous), le terme est lâché. Ca y est. Marcel Campion dénonce des, je cite, « chasses aux blancs », très certainement de ces « blacks » dont il parle juste avant.

La réalité est annoncée. La réalité est dénoncée.

Mais biensûr, aucun écho à la télévision ou sur d’autres radios. Racisme anti-blancs ? Chut, n’en parlez pas ça-va-faire-monter-les-zextrêmes. Racisme anti-noirs, anti-arabes, islamophobie ? Vite, vite, vite, un sujet, un film, une BD, un spot TV, etc, etc…c’est la débandade !
Là, rien.

En tout cas Marcel Campion aura eu le courage de dénoncer ces barbares, cette racaille d’origine africaine et maghrébine, n’ayons pas peur de le dire c’est la réalité, et espérons, l’espoir fait vivre comme on dit, que Mr Sarközy augmente considérablement le nombre de policiers, que les peines soit appliquées (car les peines de moins de 3 ans de prison ne sont désormais plus appliquées…) et que les bandes soit traquées et arrêtées.

40 ans d’inaction, on peut toujours rêver avec l’UMPS.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :